Martine Moïse mise à l’Abri de la DCPJ par le président par Léo Joseph

Martine Moïse mise à l’abri de la DCPJ par le président par Léo Joseph

  • ENQUÊTE SUR L’ASSASSINAT DE MONFERRIER DORVAL

Il est de notoriété publique que le Palais national a joué un rôle de premier plan dans l’assassinat du bâtonnier de l’Ordre des avocats de Port-au-Prince, Monferrier Dorval, mais il semble que l’organe enquêteur ait repéré des indices impliquant la première dame. Mais sa requête adressée à la présidence, afin d’autoriser son interrogation, aurait été refusée catégoriquement. Reste à observer désormais comment va évoluer le dossier.

Une source hautement qualifiée, proche de la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ), a fait savoir que celle-ci a intercepté deux conversations téléphoniques de Denès Vilpique, qui avait été arrêté en relation avec l’assassinat de Me Dorval, avec Martine Moïse. L’allure des deux entretiens téléphoniques laisse croire que la première dame de la République et son interlocuteur avaient, non seulement l’habitude de se parler, mais aussi, et surtout, de travailler ensemble.

En effet, apprend-on de ces mêmes sources, dans la première conversation, Martine Joseph Moïse a interrogé Vilpique sur le «déroulement» d’une affaire, ou d’une opération. Aussi lui a-t-elle posé la question de savoir si «tout s’est bien passé ? ». Le deuxième entretien a révélé une certaine préoccupation de la première dame, ou encore un degré d’insatisfaction de la tâche que son correspondent devait accomplir. Elle lui reproche d’avoir exécuté le projet «dans mon quartier». Sachant que Me Dorval a été assassiné, dans sa maison, située à Pèlerin 5, le quartier où se trouve la résidence privée de la famille présidentielle, les enquêteurs de la DCPJ pensent que la conversation entre Vilpique et Mme Moï se tournait autour du crime.

Il est aussi allégué que le téléphone du présumé meurtrier, abonné à la compagnie Natcom, n’affiche le nom de personne, sinon les quatre derniers chiffres d’identification qui sont 4578, à en croire les mêmes informateurs. Ce qui fait croire que son propriétaire l’utilise dans le cadre d’un service super spécial. À noter qu’il n’appartient pas à n’importe qui de posséder un téléphone ainsi équipé.

On apprend, par ailleurs, que Denès Vilpique, qui subissait l’interrogatoire au quartier général de la DCPJ, se serait déjà retrouvé dans un pays étranger non identifié, mais qui pourrait être la République dominicaine. Pourtant aucune allusion n’a été faite relative à la disposition des enquêteurs à l’égard de ce présumé assassin. Les gens de cette institution étant avares d’informations relatives à leurs enquêtes, l’éclaircissement de ce mystère entourant Vilpique ne sera pas apporté de sitôt. Mais, des informations disponibles sur Vilpique font de lui le «chauffeur» de Martine Moïse, au même titre que Makender Fils-Aimé. D’ailleurs, quand, à l’occasion du mouvement «pays lock», la femme du président haïtien se trouvait bloquée à Port-Salut, dans le Sud du pays, ces deux hommes figuraient dans l’équipe qui avait été envoyée pour la ramener à Port-au-Prince.

Les premières étapes de l’enquête

Les soupçons par rapport aux responsabilités du crime, que l’on retient, en général, sur Jovenel Moïse et son équipe, et compte tenu de l’emprise qu’ils exercent sur l’appareil judiciaire et la Police incitent presque tous à croire que la DCPJ ne pourrait jamais avoir les coudées franches pour mener une enquête objective sur le meurtre du bâtonnier Dorvil. Cela pourrait être bien une de La Police, mais en réalité, la communauté internationale, qui finance, en grande partie, l’institution policière haïtienne, exerce une influence certaine sur son travail. Aussi, la DCPJ doit-elle afficher une certaine indépendance par rapport au Palais national, dans la gestion de cette enquête, quand bien même le pouvoir manigancerait de manière à l’orienter dans le sens de ses intérêts.

En tout cas, des sources dignes de foi ont fait savoir, qu’à l’instar de l’affaire du kidnapping des enfants de Moscosso, quand le FBI était intervenu pour mettre les policiers haïtiens sur la piste de Clifford Brandt et ses complices, les agents de la DCPJ ont été lancés après des présumés assassins.

En conséquence, dit-on, les hommes de l’organisme enquêteur de la PNH ont, dans un premier temps, procédé à l’arrestation de Makender Fils-Aimé, dont les aveux ont mis ces derniers sur la piste d’Alex Antoine, plus connu sous le sobriquet de Black. Mais avant que les policiers pussent trouver celui-ci, il a été abattu. Selon toute évidence, quelqu’un ne voulait pas qu’il soit interrogé par la DCPJ. Il paraît que des tueurs avaient été lancés après Dunès Vilpique aussi, qui avait eu le temps d’être appréhendé par la Police.

D’autres sources, également crédibles, ont révélé que Black était un employé du ministère de la Justice, chef de sécurité de l’ex-ministre de ce département, Camille Édouard jr. Il a la réputation d’homme d’affaires, parce qu’il possède plusieurs maisons dans le quartier appelé Juvénat. On laisse croire qu’il a fait sa fortune en exploitant les possibilités que lui procure son influence au sein du pouvoir, accaparant des propriétés dans de mauvaises conditions sur lesquelles il a fait construire des maisons mises en location.

Très connu dans ce même quartier, son assassinat a plongé ses amis et admirateurs dans une profonde tristesse. Présentement, une rue de ce quartier est pavoisée d’une banderole à son effigie sur laquelle est inscrit son nom en caractère géants.

Dunès Vilpique, l’autre suspect détenu par la DCPJ, possède aussi plusieurs maisons dans la même zone. Il semble qu’il ait utilisé les mêmes méthodes que son associé dans le crime pour s’enrichir.

D’une arrestation à l’autre, les aveux arrachés à Denès Vilpique (se fait appeler aussi Jaar, est aussi ancien candidat à la députation pour Pétion-Ville) et à Makender Fils-Aimé, ont mené à l’arrestation de l’homme d’affaires Roland Jaar. Ce dernier, qui est un membre secret du Parti Bouclier, fait partie du comité délibératif de cette formation politique. Il est aussi un membre secret de l’équipe dont fait partie Fils-Aimé, Black et Vilpique.

De plus en plus, les indices trouvés par les enquêteurs de la DCPJ impliquent le Palais national dans l’assassinat de Me Dorval. Au train où va l’enquête et l’intérêt que suscite ce crime odieux, au pays comme à l’étranger, les chances de la torpiller ne sont pas en faveur de ses auteurs.


cet article est publié par l’hebdomadaire Haïti-Observateur (New York) édition du 16 septembre 2020, VOL. L No.36 et se trouve en P. 1, 5 à : http://haiti-observateur.info/wp-content/uploads/2020/09/H-O-16-septembre-2020.pdf

print